21.1.15

Quand vient la fin de janvier


J'ai légèrement beaucoup ignoré la blogosphère ces derniers temps. La faute à Janvier. Bloody Janvier. Il y a longtemps que je n'avais pas eu l'âme aussi triste. Ca remonte à quelques années. Je pensais avoir compris comment surmonter les choses, comment grandir face à certaines situations qui font tomber. Je pensais avoir acquis assez de force pour ne plus être affaibli... 

Mais il y a eu 


Charlie et tout ceux qui sont tombés sous les balles entre le 7 et le 9 janvier. Ces 17 personnes dont nous n'oublierons jamais les visages ni le courage. 


Et la même semaine, il y a eu

Cette jeune femme de 27 ans, que j'ai rencontré il y a 4 ans. C'était une cliente régulière du commerce où je travaille. Nous avions 2 ans d'écart. Tout pile. A force de se croiser, nous avions fini par sympathiser. C'est d'ailleurs le jour où nous avons découvert que nous étions nés le même jour que nous avions commencé à aller un peu plus au-delà qu'une relation vendeur/cliente. J'avais beaucoup d'affection pour elle. 4 ans qu'elle se battait contre le Crabe. De toute ma vie jusqu'à aujourd'hui, c'est la personne la plus forte, la plus optimiste et la plus combative que j'ai rencontré. Nous pensions tous qu'elle aurait le dernier mot. Elle dépensait tellement de force dans son combat que nous y croyions. Un véritable rayon de soleil. Mais l'Astre s'est éteint, emportant avec lui sa lumière et sa force. Et ça fait mal. 

Alors je n'ai plus eu envie de rien. Ni du travail, ni du jardin, et presque plus envie des autres. Je me suis renfermé, digérant ma peine, en me demandant pourquoi. Pourquoi tous ces morts. Au nom de quoi ? Allah ? J'crois pas. Pourquoi cette victoire du Crabe ? Qu'a-t-il manqué à Astrid pour gagner le combat ? J'en sais rien. Le goût de la vie a pris une pointe amère. Les choses n'avaient plus la même saveur.

Mais il a fallu accepter, se remettre en question et se faire des promesses. Comme dire plus souvent "Je t'aime", ne plus s'énerver (ou presque), profiter de chaque moment. Entre amis, en famille. Adopter un optimisme digne de celui d'Astrid, car c'est une véritable leçon de vie. Vivre, tout simplement, en supprimant toutes les choses néfastes du quotidien. On n'y prêtant pas attention. Parce que ça ne vaut pas le coup. 

C'est une courte visite dans le jardin qui m'a redonné du baume au cœur. J'y ai vu la vie végétale y reprendre ses droits. J'y ai vu les prémices du printemps. Et ça m'a délivré de ce poids qui me freinait dernièrement. 

En faisant le tour de mon mini-paradis, j'y ai vu des boutons d'Hellebore. Bouture récupérée chez ma mamie il y a un an, je ne pensais pas qu'elle fleurirait cette année. Je ne sais pas à quoi elle ressemble. Ce n'est plus qu'une question de jours...


J'y ai vu aussi des perles de lait. Petits Perce-neige sauvés du terrain abandonné derrière chez nous. Content qu'ils soient de retour! Ce qui n'est pas le cas des bulbes que j'ai planté au printemps. Je crains que les pluies abusives de janvier n'aient été fatales à ces petits choux...


J'y ai croisé quelques Crocus en train de sortir la tête de terre. Jeanne d'Arc, mais aussi Prins Claus. Et non, ce n'est pas un coup de vent qui lui a fait pencher la tête. C'est la délicatesse légendaire d'Humphrey, qui n'en a que faire des engueulades et qui s'obstine à traverser les massifs en courant!


J'y ai vu quelques bulbes que j'ai planté cet automne. Iris "Harmony", mais aussi surement les tulipes Exotic emperor accompagné des grands iris bleus... A moins que ce ne soit déjà les Allium alba. Je ne me souviens plus... J'aurais dû tout noter dans un carnet (d'ailleurs, c'est une des résolutions jardin 2015 : tout noter dans un carnet, pour ne rien oublier!)


J'y ai vu les Tulipes Annapurna pointer le bout de leur nez


Et puis j'ai eu la surprise de constater que le Viburnum bodnantense que j'ai déplacé en octobre préparait une petite floraison poilue (quand je vous dis qu'Humphrey laisse des traces partout!!)


Et puis chose un peu moins drôle, comme le froid tarde à venir (même si finalement il gèle presque tous les matins depuis quelques jours), le Sorbaria sorbifolia 'Sem' commence à débourrer ! Et ça, j'aime pas trop! Parce que si février est vilain, j'ai peur que ce soit mauvais pour lui !


Janvier 2015 est presque terminé. Qu'il emporte avec lui son lot de chagrin et de mauvaises nouvelles. La vie reprend ses droits. Le sourire réapparaît sur les visages. L'envie de retourner au jardin est là, plus que jamais présente. L'envie de partager aussi. Les nuages se dissipent. Le soleil est là! Il suffit juste de vouloir le voir !


17 commentaires:

  1. Quelle tristesse, Greg! Et comme je comprends ton désir de retrait, ton enthousiasme éteint. Nos jardins nous font renaître et revivre,car la nature ne s'arrête pas à la folie des hommes, ni à l'injustice de la maladie. Les plantes débourrent malgré tout; les bulbes sortent de terre malgré tout, les boutons s'épanouissent malgré tout. Et tout cela nous refait croire que la vie peut être belle. Nous avons tous connu une tristesse profonde à la mort des personnes assassinées. Nous avons tous été confronté à la perte d'êtres chers. Mais la peine ne nous empêche pas de repartir vers la vie, et nos jardins nous y poussent. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai été très émue par ton billet. Tu as passé un début d'année très difficile et douleureux. Il te fallait du temps avant de te tourner vers les autres et c'est normal. Je suis heureuse de voir que tu t'intéresse à ce qui se passe dans ton jardin de nouveau. La vie reprend dans la nature et dans ton coeur. Gros bisous et un grand câlin à Humphrey(j'adore son nom;-))

    RépondreSupprimer
  3. Mon Greg, comme je comprends ta tristesse et ton besoin de te recentrer sur l'essentiel. Comme toi, les affreux trois jours du début d'année m'ont anéantie, je m'en relève à peine, en essayant de m'éloigner quelque peu des informations pour ne pas me replonger dans cette horreur. Je suis également très peinée par rapport à ton amie qui s'est battue contre la maladie.
    Je souhaite de tout cœur que janvier se termine vite, et que la vie reprenne ses droits, et que tu nous reviennes (même si je suis loin de la blogosphère en ce moment).
    Je t'embrasse très fort, bon courage ♥♥♥
    Aline (Laly)

    RépondreSupprimer
  4. Je te le dis avec le ♥ : t'es une belle personne et Astrid a dû être très heureuse de croiser ton chemin ; quand à moi, je suis fière d'être arrivée sur ta verte route car en plus d'être une belle personne, tu es un beau jardinier :-) Je t'embrasse méga fort mon Ami !

    RépondreSupprimer
  5. Difficile de passer après les copines, elles ont déjà tout dit... Le mois de janvier, qui a été éprouvant pour nous tous, t'a semble-t-il encore moins épargné que les autres et j'en suis vraiment désolée. C'est dans ce genre de moment que le jardin est particulièrement réconfortant, il incite à l'observation méditative, à la prise de distance et finalement à l'optimisme alors que tous ces bourgeons et ces jeunes pousses pointent le bout de leur nez. Je te souhaite tout plein de courage et je t'embrasse bien fort <3

    RépondreSupprimer
  6. Coucou Greg
    En lisant les précédents commentaires je crois que tout est dit
    J'ajouterais simplement qu'il faut laisser le temps au temps, faire son deuil à son rythme sans combattre le chagrin nécessaire, la mort n'est que la continuité de la vie et si elle est un passage obligé pour l'humain que nous sommes, elle n'est après tout qu'une étincelle dans la vie laissant derrière elle de bien jolies étoiles qui scintillent au firmament.
    Courage, le printemps refleurira et ton sourire reviendra
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Greg, un prénom que je voyais passer dans les com sur les blogs quelques fois, et un blog que je découvre par hasard en sortant de chez Maryse ' Au gré du Jardin). Alors voilà, un post si sensible qui me touche beaucoup et je voulais juste dire qu"elle restera toujours dans ton coeur et te souhaiter tout le courage d'aller de l'avant. Le jardin est aussi ma thérapie.

    RépondreSupprimer
  8. L'année démarre en effet sous de bien mauvais auspices... Je compatis à ta peine d'avoir perdu une amie pleine de vie et combative, le faucheur frappe parfois à l'aveugle, au mauvais endroit, et nous ressentons cela comme une injustice. Et ça l'est. J'espère que les mauvaises vibrations s'atténueront par la suite. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  9. Qu'ajouter de plus à tous les coms des copinautes ?
    Sinon qu'il faut toujours du temps pour un deuil, quel qu'il soit, mais qu'en même temps il nous fait grandir... Sache aussi que tant tu nous parleras d'Astrid elle sera parmi nous, elle continuera à partager ces moments ensemble.
    Je t'embrasse bien fort.
    Sabina

    RépondreSupprimer
  10. Le jardin est un merveilleux lieu de ressourcement qui peut aussi nous réconcilier avec la vie.

    RépondreSupprimer
  11. Quel difficile début d'année...on dit souvent que ce sont les meilleurs qui partent en premier. Je suis sûre qu'Astrid t'a énormément appris . Après le chagrin, tu verras qu'elle a laissé une empreinte indélébile qui te donnera de la force. En attendant, c'est le jardin qui nous console et nous fait aller de l'avant .
    Je t'embrasse très fort.

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir,
    J'espère que vous ne m'en voudrez pas de ne pas vous répondre individuellement, mais je voulais vous remercier pour ces mots réconfortants. J'ai ma petite pensée pour elle chaque jour. Et chaque jour, je me demande encore pourquoi.
    Mais je pense énormément aussi à ses parents, sa sœur, sa famille, ses amis proches, qui doivent faire face à un vide, à une peine immense... C'est à eux que j'offre tout le courage et les pensées positives que je reçois de vous. Parce qu'ils en ont besoin, bien plus que moi. Et je suis certain que ça leur ferait plaisir!

    De gros bisous à vous, et encore merci pour vos adorables mots !
    A très vite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grégory,
      Je voulais te remercier, comme je l'ai déjà fait à plusieurs reprises, mais plus particulièrement sur ce blog.
      Je trouve que tes messages sont d'un très grand réconfort, ainsi que ceux de tes amis "jardinautes".
      Je suis certain qu'Astrid aurait beaucoup apprécié vous rencontrer tous les 2, sans oublier Humphrey, votre magnifique Golden, race qu'elle appréciait tant ....... mais le CANCER en a décidé autrement.
      J'ai eu beaucoup de mal à prononcer ce " p.........n" de mot et surtout l'écrire durant ces 4 dernières années.
      J'en parlais régulièrement avec ASTRID, car j'étais et je suis toujours un PAPA très ouvert d'esprit et sans sujet tabou.
      Alors encore MERCI du fond du coeur.

      Supprimer
  13. Un très beau billet, un très beau jardin et surtout un sentiment d'injustice parfaitement compréhensible.
    Aujourd'hui j'ai désherber pendant trois heures, dans le silence. Et ça fait du bien d'être seul face à ses pensées.
    Heureusement que le jardin est là.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  14. Douloureux mois de janvier...
    Ton billet m'a profondément émue et je comprends ton besoin de te recentrer, ton besoin d'éloignement...
    La nature, elle, ne s'arrête pas avec nos chagrins, elle nous pousse à revenir à elle. On n'oublie pas, jamais, mais la douleur se fait moins vive et la vie reprend ses droits...
    A propos de vie au jardin, quand je vois les résultats de la "délicatesse" d'Humphrey, j'ai du soucis à me faire avec Nala!...
    Bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oooooh oui ! Parce que quand je vois les photos de Nala, je me dis qu'elle sera aussi grosse qu'Humphrey! Peut-être même plus, qui sait! :)
      L'avantage que tu as, c'est que ton jardin est déjà plus âgé. La base est installée, les arbres et arbustes sont bien développés. Donc moins de risque de massacre ! Ici, tout est jeune et fragile. Et plus sensible aux coups de queue ou aux courses folles !

      Supprimer