26.9.14

Changement de saison

Il règne encore un air d'été, sur le jardin. L'herbe est jaunie par l'omniprésence du soleil et le manque de pluie. Ici et là, quelques roses font encore de la résistance.

Glamis Castle / J. Du Bellay / Reine Victoria / L. Da Vinci / Opalia

Profitant de la douceur des derniers rayons de soleil, Samantha se repose, sur la treille d'une jardinière abandonnée...


... avant de finir par jouer à cache-cache, lassée des clic clic incessants de l'appareil du photographe amateur.



Oui, il règne encore un air d'été, au jardin.

Et pourtant, l'automne est là. Les matinées sont bien fraîches. Chaque jour, le brouillard rend poétiques les routes à travers champs que j'emprunte pour aller au boulot. Chaque lever et chaque coucher de soleil offre un ciel teinté tantôt de rose, tantôt de jaune. Les arbres commencent à porter les couleurs flamboyantes qui donnent à l'automne ce côté pittoresque.
Et c'est sans regret que j'accueille la saison où chaque végétal se prépare à s'endormir pour l'hiver. Alors que beaucoup songe déjà à l'arrivée de l'été 2015, je prends le temps de savourer chaque instant de ce que la Nature peut nous apporter. Que ce soit l'odeur de la pluie sur le bitume encore chauffé par le soleil, les couleurs d'une cellule orageuse transpercée par le soleil, l'ambiance apportée par l'épais brouillard matinal, les biches et chevreuils broutant au petit matin dans les près noyés par la rosée. Tels sont les trésors apportés par l'Automne.

Au jardin, le jeune Aster alsacium 'Gisou' (ne le cherchez pas sur en jardinerie, il n'est pas disponible à la vente) né dans un petit paradis alsacien, prend ses marques. Une véritable petite merveille qui me fait fondre lorsqu'il se prépare à faner. Tout chiffonné.



Avec lui, l'Automne apporte de nouvelles envies au jardin. Il va être temps de procéder à quelques déménagements, pour faire de la place au bel olivier, sur la terrasse, qui prend l'emplacement du Buddleja. Conséquence directe : trouver un nouvel endroit à ce dernier. Ce qui demande le déménagement des quelques arbustes plantés l'année dernière. Retravailler le massif des butineurs, sans doute. Virer les iris le long de la terrasse. Leur trouver un nouvel endroit. Revoir le passage entre le massif des butineurs et le futur massif 'Iceberg' (vous ai-je déjà dit qu'on s'était foutu de moi avec mes noms de massifs ?). Non parce que les planches de palettes c'est super joli, mais c'est loin d'être pratique! Surtout avec une tornade de 40 kilos au jardin...
Déplacer 'Enfants d'Orléans', qui n'a pas très bien grandit cette année (la faute à la tornade de 40 kilos, qui n'a pas trouvé mieux que lui marcher sur la tronche tout l'été). 'Enfants d'Orléans', je l'imagine associé aux Asters bleus de Mamie ainsi qu'une belle stipa blonde. J'ai cette image qui me trotte dans la tête depuis plusieurs jours et je pense que ça pourrait avoir son effet, à l'entrée du jardin.

L'automne, au même titre que le printemps, apporte avec lui son lot de questionnements, de remises en questions jardinesques. Souvent, je regrette avoir commencé mon jardin sans l'avoir posé sur papier. Je regrette être parti en freestyle, sans vraiment raisonner mes achats (non mais sérieusement, quel jardinier émérite aurait eu l'idée de planter un cerisier dans 200m² ?)
On achète petit, sans réellement se représenter la plante à l'état adulte. Et comme je n'aime pas sacrifier les plantes, je n'imagine pas une seconde les arracher sans état d'âme pour les broyer en paillis. Ca m'apprendra à être impulsif!

L'avantage avec l'automne, c'est qu'il fait nuit un peu plus tôt. Ca laisse du temps supplémentaire pour réfléchir...!

17.9.14

Visiteurs d'un jour

J'aurais pu introduire ce billet par la chanson de Thomas Fersen - "Les papillons" ou bien "Butterfly" de Superbus. Mais en fait, je vais utiliser celle de Cindy Sander. Cindy Sander ? Vous ne connaissez pas ?

Mais si, vous savez, ce fameux "Papillon de lumière", sorti en 2008, après un recalage à la Nouvelle Star...

"Papillon de lumière, sous les projecteurs, papillon de lumière, revit dans vos coeurs"... Ca y'est ? C'est revenu ? Vous l'avez bien en tête ? Parfait! Je me sens moins seul maintenant!

Hier, j'ai renoué un peu avec le jardin. Plantation de quelques plantes qu'il restait de la déco du mariage, désherbage, check du compost, réflexion sur tous les déménagements à faire cet automne et taille de toutes les fleurs fanées du Buddleja. L'occasion pour moi de profiter de la visite surprise de 3 beaux spécimens.

LE VULCAIN

Grand timide, il a d'abord cru que je l'agressais.

Arrête de me faire loucher avec ton bazar!

Et puis il aura fallu l'apprivoiser pendant de looooongues, très looooooongues minutes avant qu'il ne daigne ouvrir ses ailes...



... pour s'envoler un peu plus haut, histoire de pouvoir siroter tranquillement son nectar



LE MACHAON

Grand maître des papillons, le Machaon m'honore de sa visite pour la deuxième année consécutive. Je me souviens d'un déjeuner en terrasse, cet été (oui oui, je vous assure, on a déjeuné en terrasse!), où nous avons eu la visite d'un Machaon. Ma belle-maman était en extase devant un si beau spécimen...






L'ARGUS BLEU

Pour la première fois depuis que nous sommes installés ici, j'ai eu la chance d'apercevoir dans la sauge Hot Lips, un tout petit Argus bleu. Quel bonheur de le voir voler d'une fleur à l'autre, laissant apparaître ses magnifiques ailes bleues...
Petite déception : il n'a jamais accepté se faire photographier les ailes déployées (et mine de rien, ça vole hyper vite!)




Allez, pour ceux qui souhaiteraient (re)découvrir "Papillon de lumière", c'est cadeau! Non, ne me remerciez pas, ça me fait vraiment plaisir!



Bonne soirée !

11.9.14

Une petite visite à...



Il y a 2 semaines, j'ai traîné (au sens propre du terme) mon cher et tendre à Terra Botanica. Pour lui, aller 1h en jardinerie est un supplice. Alors imaginez sa tête et sa motivation lorsque je suis arrivé la bouche en cœur pour lui annoncer qu'on allait passer la journée dans un parc de 17 hectares, uniquement consacré au végétal! J'ai (un peu) culpabilisé (mais juste un peu).

Terra Botanica, ce sont donc 17 hectares consacrés au végétal (l'émission de Silence ça pousse de la semaine dernière en a fait un sujet).

Le tout est divisé en 4 chambres.

L'Apprivoisé : consacré aux plantes extrêmes, au techniques horticoles et aux relations qu'entretient l'Homme avec le végétal

Le Mystérieux : consacré aux origines du végétal et à son fonctionnement

Le Généreux : consacré au potager et au végétal qui rend nos jardins heureux

Le Convoité : consacré aux épices, plantes médicinales et autres végétaux rapportés des contrées lointaines.

Mais plutôt que de vous assommer avec des description à n'en plus finir, je vous invite à parcourir avec moi ce joli parc, au travers de ces quelques photos (qu'il a fallu que je sélectionne, parce que j'en ai ramené presque 200!)


On commence par un petit aperçu de l'Apprivoisé




Jardin méditerranéen





L'art de cultiver le riz



L'art topiaire

La vieille serre abandonnée


La tourbière et ses plantes carnivores

Plantes de l'extrême : le désert


Partons ensuite à la découverte des origines du monde végétal, à travers une balade dans un univers préhistorique. C'est le Mystérieux.









Si vous l'osez, pénétrez dans l'antre de la bête et découvrez les bizzareries du monde végétal : plantes qui puent, plantes qui brillent la nuit...


On nous promenant dans les allées du Mystérieux, je suis tombé sur une plante dont le nom n'était pas indiqué. Sur le moment, je n'ai même pas pensé à chercher un jardinier qui aurait pu m'éclairer. Alors je m'en remets à vous et à vos connaissances dignes de plus grandes encyclopédies.

Quelle est cette magnifique plante dont les inflorescences sentent si bon qu'on en tomberait amoureux... ?




Allons maintenant (en bateau, c'est possible!) dans le Généreux, chambre dédiée aux plantes phares de l'Anjou (rosiers, vignes, hydrangéas), au potager et aux fleurs qui font tourner nos têtes de jardiniers...











Dahlias

Mosaïque de floraisons


J'ai triché, la photo du haut vient de l'Apprivoisé!
Au potager

Énorme coup de coeur pour ce piment violet!

Dernière chambre, dernier univers. Le Convoité nous emmène aux pays des épices, des plantes rapportées d'ailleurs pour se guérir, se nourrir, découvrir.






Terra Botanica est un parc vraiment très enrichissant et accessible dès le plus jeune âge. Il y a des pôles très ludiques et des attractions sympas qui permettent de découvrir tout en s'amusant. Le seul petit regret que j'ai eu, c'est de ne pas retrouver les animaux du jardin. Très peu de butineurs, presque pas d'oiseaux... Ca manque peut-être d'une mise en avant des auxiliaires du jardin (à intégrer dans la partie potager, pourquoi pas ?).

Nous avons fait la visite fin août. Les roses étaient toutes fanées et c'est bien dommage. Le parc n'en reste pas moins superbe. Même si juin doit être la période où tous les jardins sont à leur apogée, je pense que la visite reste agréable aussi bien en juin que fin septembre.

En tout cas, c'était vraiment chouette. Je n'ai pas du tout été déçu. Et s'il vous manque encore un petit argument pour être convaincu par notre visite, si je vous dis que mon cher et tendre a beaucoup aimé sa journée ? "Moi qui avais peur de m'ennuyer ferme, j'ai trouvé ça très joli et très intéressant". Ses mots résonnent encore dans ma tête tellement j'étais content qu'il ait aimé passer autant de temps parmi les plantes!