28.12.14

Une année au jardin

Cet hiver, je n'ai malheureusement pas le temps de participer aux rétrospectives de Marie-Claude. Et puis pour être honnête, en faisait le tour des photos, je me suis rendu compte qu'en 2014, je n'ai pas pris beaucoup de temps pour apprécier le jardin. Très peu de photos, car finalement, je n'ai pas consacré tant de temps au jardin. Entre la rénovation d'une partie de la façade de la maison, le mariage, le boulot... Finalement, j'ai inconsciemment laissé de côté mon petit bout de verdure. 

Ca ne m'empêche pas de faire la rétrospective de l'année, alternative lancée par Lydie, reprise ici et , ou encore ailleurs...

C'est parti pour une année au jardin, en 12 clichés !



L'hiver est doux, mais les températures descendent assez pour colorer le bois du Cornus sanguinea 'Midwinterfire'. C'est le point d'accroche de l’œil lorsqu'on sort de la maison en cette saison.



Le massacre effectué fin 2013 dans le terrain derrière chez nous, permet finalement de dévoiler l'existence de perce-neige qui étaient jusqu'à présent noyés dans une forêt de ronces et de vigne vierge. C'est avec une once de culpabilité que je suis allé voler sauver quelques bulbes de ces trésors d'hiver pour les rapatrier au jardin. Je les vois déjà pointer le bout de la tête! Je sais d'ores et déjà qu'il seront de retour en 2015 !


Le Prunus triloba est incontestablement mon trésor de Mars. Offert et planté en 2012, il a pris beaucoup d'ampleur cette année et devrait être la vedette de mars 2015.  


Avril. Après 2 ans d'attente, je découvre avec regret que mon Lilas 'Sensation' est en fait un 'Charles Harding'. Si sur l'instant j'ai été très déçu, j'ai succombé aux charmes de Charles. Tant pis pour 'Sensation'. Ce sera pour une autre fois.
Les tons du massif des butineurs sont adoptés. Du rose, du violet, du blanc, du pourpre...




Du rose, du violet. Il manque du blanc. Mais voilà l'ambiance que je veux créer au jardin. C'est dans cette direction que je compte faire évoluer mon bout de verdure. Le massif des butineurs est la première réflexion du jardin. Fini les plantations "coup de coeurisées" et impulsives. Je me dois de réfléchir activement avant d'acheter et planter!


Je découvre la floraison du rosier "Enfant d'Orléans", acheté au printemps chez Francia Thauvin sur un coup de cœur suite à une visite sur son site. Déçu par son emplacement, il a déménagé il y a quelques mois pour être mis en valeur, à l'abri des grosses patounes du "gros chienchien à ses papas"


Eté 2014. Je laisse de côté le jardin. Nous sommes à 1 mois de la façade, 1 mois du mariage. La seule façon que j'ai de profiter du jardin, c'est d'y manger. Pas le temps d'y travailler.



Après quelques jours à bosser sur le crépi de la maison et des mois d'attente et de préparation, nous nous sommes dit "oui". Le moment le plus intense de l'année et certainement le plus beau de notre vie. Le jardin est littéralement abandonné!


Toujours pas de jardin. Une visite de temps en temps, mais rien de plus. J'ai le plaisir de découvrir pour la première fois un Argus bleu au jardin. Chaque saison apporte son lot de nouveauté et de surprises. 


Octobre. LE mois où je compense le "ce que je n'ai pas fait au jardin cette année". Une semaine de congés et 5 jours non-stop de travail. Déménagement du cerisier, plantation de l'olivier du mariage, délimitation des futurs massifs, nettoyage... Ca fuse dans ma tête comme ça fuse au jardin. Je renoue le contact avec mon bout de verdure et ça fait un bien fou dans la tête (carrément moins au dos, mais tant pis... parce que ça valait la peine!)


Je prends mes marques dans ces nouveaux espaces créés. Je dois repenser la terrasse, repenser les accès, repenser les prochaines plantations. Il y a des idées, des envies... et de longues heures de cogitations à venir..!


Décembre. De nouveau, je suis obligé d'abandonner le jardin. Beaucoup trop de travail. La période de Noël est la plus intense de l'année et c'est épuisant. Les jours raccourcissent, j'ai l'impression de n'être chez moi que la nuit. Je dresse la liste des choses à faire dès la fin février. Mais il faudra s'activer car en mars, je sais déjà que le jardin devra se passer de moi... L'année 2014 s'achève...

Je vous souhaite à toutes et à tous une excellente fin d'année 2014. Je vous retrouverai avec un très grand plaisir en 2015, qui s'annonce d'ores et déjà très riche! Profitez de ces dernières heures de 2014. Savourez chaque seconde. A très très vite et prenez soin de vous!


9.12.14

Et les petits pious...

Décembre. Le mois de l'année où je profite le moins du  jardin. Au boulot, c'est la période la plus grosse de l'année. Les semaines sont lourdes, on ouvre aussi le dimanche. Noël arrive à grands pas et tout le monde doit être prêt! Les jours raccourcissent encore et encore... alors le plus souvent, quand j'emprunte mon allée gravillonnée, il fait nuit. Alors je suis obligé de délaisser mon petit jardin. Chaque année c'est pareil. Mais ça reviendra après Noël, quand la vague sera passée!

Décembre, c'est aussi le moment où le froid revient et s'installe. C'est le début de l'assistance à pious affamés. J'adore l'hiver rien que pour ça. C'est la période de l'année où j'ai le plus d'oiseaux dans le jardin. Et vous savez quelle importance j'attache aux petits pious du jardin. 
Quelques graines déposées dans la mangeoire, quelques boules attachées ici et là, aux quatre coins du jardinet... Et c'est le ballet des pious assuré! Moineaux, Merles, Mésanges, Etournaux, Pinsons, Rouge-gorges, Troglodytes mignon... un vrai spectacle! 

Malheureusement, aucune fenêtre sur le jardin me permet d'en profiter. Il va falloir que je patiente encore quelques années avant d'avoir ce privilège. Quand nous aurons restauré la grange et posé la baie vitrée. Alors je suis obligé d'utiliser quelques stratagèmes pour prendre quelques photos : 
- me cacher derrière un cornus, accroupi dans le lierre
- me mettre à genoux, presque ventre à terre, pour rester caché derrière une sauge
- patienter dans le froid, grelottant et claquant des dents, dans l'espoir de voir atterrir un piou près de moi
- me cacher derrière les murs et avancer sur la pointe des pieds, pour laisser passer juste la tête et l'objectif

Malgré ça, les résultats sont peu concluants. Il faut dire que je ne suis pas équipé pour jouer les pioupaparazzis! Et c'est d'ailleurs assez frustrant, car les oiseaux sont assez craintifs et très rapides. Pas le temps de dégainer l'appareil qu'ils sont déjà enfuis, laissant le photographe amateur frustré d'avoir raté l'occasion d'une belle photo. 

Et c'est à coup de "zoom" et de "crop" que je sors quelques photos de qualité médiocre. En attendant un jour, d'avoir l'attirail qui me permettra de faire de beaux clichés.

Mésange bleue
Mésange charbonnière

Moineaux
Troglodyte mignon (à confirmer)
Rouge-gorge

Le 30 octobre dernier, Dynka, alias "Dudu The Cat" poussait son dernier soupir. Fauchée par une voiture à l'aube de ses 6 ans, elle adorait chasser les oiseaux dans le jardin. Et ça avait le don de me mettre en colère. L'avenir des pious dans le jardin devrait être meilleur. Mais la Dudu me manque. Elle repose maintenant entre le rosier 'Rush' et le Sambucus canadensis 'Aurea' et devrait, au fil des années à venir, avoir près d'elle des floraisons tout au long de l'année. Et surement aussi quelques pious..!


26.11.14

Les quatre saisons


Nous sommes fin novembre. La douceur qui règne en Touraine (et partout ailleurs) depuis plusieurs semaines crée une atmosphère particulière au jardin. L'automne est là, l'été perdure, l'hiver arrive et le printemps se devine. 

C'est la confrontation des 4 saisons.






Les frimas matinaux ont fait tomber les feuilles et ont accentué les couleurs du bois des Cornus stolinifera 'Flaviramea' et alba 'Aurea'.
Le viburnum bodnantense, quant à lui,  fleurit très timidement, malgré sa récente transplantation








Beaucoup d'eau, du soleil, des températures qui peinent à descendre sous les 5°C la nuit, de la douceur en journée. Le Forsythia laisse éclore quelques fleurs. La primevère blanche, qui normalement apparaît au printemps, est déjà en fleurs et fait le bonheur des baveux. Le rosier Opalia est encore en boutons, et quelques bulbes de printemps comme les alliums ont déjà laissé sortir des feuilles. 







Le rosier Joachim Du Bellay est encore en boutons, prêt à fleurir. Le rosier 'Enfant d'Orléans', malgré sa récente transplantation, joue la résistance et laisse traîner ses dernières fleurs. Le fushia genii renouvelle sa floraison... Tout comme le Buddleja d'Armelle et la sauge 'Hot Lips' Des fleurs d'été aux portes de décembre, autant en profiter!






Malgré ça, il ne faut pas oublier que nous sommes au cœur de l'automne! Le Lagerstroemia indica 'Yang Tsé', le Malus coccinella 'Courtarou', le Cornus 'Midwinterfire' et la spirée 'Goldflame' sont là pour me le rappeler...




12.11.14

Quatre ans

Début novembre 2010. Nous sommes en pleine recherche d'un nid à (re)construire. Mais pas d'appart. On souhaite du vert, au calme, pas trop loin de Tours, car mon cher et tendre bosse en centre-ville. Il ne faudrait pas qu'il mette 2h à se rendre au boulot. La première agence que nous avions sollicité nous avait rigolé au nez.

"Sérieusement ? Vous souhaitez sérieusement acheter une maison ? Mais monsieur, avec votre petit budget, vous ne pourrez acheter rien d'autre qu'un appartement! Il faut revoir vos plans!"

Je me suis retenu de la traiter de connasse, cette agent(e) immobilier crispée habituée aux clients (très) aisés. J'ai gardé la tête haute, je suis sorti et je suis allé voir ailleurs, gardant mes rêves en tête. Nos rêves. Quelques jours plus tard, nous avions rendez-vous avec une autre femme, dans une agence concurrente. Face à nos envies, l'agent immobilier a été moins radicale. Elle allait nous la trouver, cette maison.

Il ne nous aura pas fallu longtemps pour la trouver. Elle était localisée à l'extrême opposé de ce que nous souhaitions. Nous qui voulions une petite maison à retaper limite perdue dans les bois, on nous emmenait en plein bourg, dans la rue principale, visiter une maison collée à un garage automobile (qui était propriétaire de la dite maison). La situation absolument pas séductrice. D'ailleurs, personne n'en voulait de cette maison. Sauf nous. Sans savoir pourquoi, nous sommes littéralement tombés amoureux des murs. Du potentiel à restaurer. Il y avait tout à (re)faire. Et d'un coup d'un seul, nous en avons oublié le garage. Les idées de réaménagement se chamboulaient dans nos têtes. On va faire ça là, et là, on fera ça, ça ça et ça! C'était elle. Aucun doute.

Quelques jours après, on signait le compromis. C'était il y a tout juste 4 ans. Et c'est en devenant propriétaire que la passion du jardin est née. Tout petit déjà j'étais très attaché à la nature et aux animaux. Mais cette acquisition a été un véritable déclic. Elle a réveillé en moi une passion folle.

Et pour le coup, j'avais envie de comparer des photos du jardin au moment où on a visité la maison et des photos du jardin actuellement. Avec 4 ans d'écart.


On peut remarquer que la végétation dans le terrain derrière a été bien réduite...
Projet 2015/2016 : créer une baie vitrée côté jardin, sur ce pignon et aménager en pièce à vivre la grange qui se cache derrière le mur
Et là, je prends conscience que malgré une taille sévère chaque année, le cornouiller sanguin a pris vachement d'ampleur en 4 ans!

Pour la dernière comparaison je triche un peu, car je n'ai pas trouvé de photos du terrain sous un autre angle datant de novembre 2010. Alors il se passe 3 ans et demi entre les deux photos...


Il reste encore de nombreuses années devant nous pour faire de cette maison et de ce jardin l'endroit de nos rêves. Nous avons sur nos épaules la lourde ambition de faire complètement oublier l'existence du garage automobile. Il nous reste beaucoup de boulot, mais on finira par l'avoir, notre petit paradis!

27.10.14

Feuilles d'automne



CLEMATITE 'VILLE DE LYON'

CORNUS ALBA 'AUREA'

CORNUS KOUSA 'NICOLE'

CORNUS KOUSA 'NICOLE'

HYDRANGEA

LEYCESTERIA 'GOLDEN LANTERNS'

LILAS

PHYSOCARPUS 'DIABLE D'OR'

PRUNUS TRILOBA

PRUNUS TRILOBA

VIGNE VIERGE
CERISIER


24.10.14

Ma semaine au jardin (2/2)

On ne pourra pas dire que je n'ai pas rentabilisé ma semaine au jardin! Quelle avancée ! Il reste évidemment encore beaucoup à faire, mais ça va me prendre du temps. Quelques déplacements sont à effectuer, des zones doivent être totalement repensées... De quoi occuper les méninges jusqu'au printemps prochain!

J'ai beaucoup écrit dans mon précédent post. Alors pour vous préserver, je vais tâcher de ne pas trop être bavard ce soir, pour éviter de vous assommer! Non parce que j'en aurais des choses à raconter, ce soir...!

Alors je commence par quoi ? Le cerisier ? Non parce qu'il faut dire que tout part de lui!



I. LE (NOUVEAU) COIN DU CERISIER 

AVRIL 2014
OCTOBRE 2014
Ce coin, à terme, sera l'endroit le plus ombragé du jardin. Il me faut retravailler toute la bordure du grillage de droite ainsi que le pourtour de la terrasse, qui a été redessiné. 

Une vue de l'autre sens : 



II. LA TERRASSE 


Voilà. Il y a quelques jours, elle arrivait jusqu'au bébé Cornus.  
Tout le pourtour doit être repensé, pour s'unifier avec l'Olivier. Bye bye les Asters, Cornus, Glaïeuls, Iris, Leycesteria, Rosier 'Rush' et tout le bazar! Je voudrais mettre en place une bordure uniforme et pas très haute. Au début, j'avais pensé aux lavandes. Mais mon cher et tendre n'aime pas trop l'odeur et tout bien réfléchit, j'ai peur que ça nous donne un peu trop la nausée l'été, lors des déjeuners en extérieur... Alors j'hésite. Une bordure de graminées ? Une bordure de sauges ? L'idéal aurait été des persistants, mais ça reste un peu triste en belle saison...
Le Leycesteria et le rosier 'Rush' vont être déplacés dans l'autre partie du jardin. Quant au reste, je n'en sais strictement rien!


III. LE NOUVEAU COIN DES FLEURS
Souvenez vous... C'était l'emplacement initial du cerisier : 

AVANT

AUJOURD'HUI
AVANT

AUJOURD'HUI


Le massif 'Iceberg' prend place du passage jusqu'au Lonicera nitida (qui sera plus tard taillé en pointe) que l'on voit dans le coin droit de la voiture noire. 
Dans le coin à gauche, j'ai planté un Sambucus canadensis 'Aurea'. Ce coin sera pour des floraisons dans les tons rose pâle. J'aimerais aussi y mettre une plante au feuillage pourpre qui trancherait avec celui du Sambucus. 

VUE D'ENSEMBLE

Evidemment, il me reste à préparer tout ce coin, le long du grillage : 


Concrètement, le Forsythia va sauter, car il est dans le passage pour aller au composteur. L'Escallonia va aussi bouger, car à la place, je voudrais mettre le Lycesteria qui est actuellement près de la terrasse. Derrière le Malus, il y a un Choisya qui va virer et le Viburnum Gwenliann qui va rejoindre le jardin d'un ami. Un peu plus loin, le Cornus Flaviramea va aussi bouger. A la place, je pense planter le rosier 'Rush' qui lui aussi est du côté de la terrasse. 
Il y aura donc un futur massif en arrondi, qui démarrera d'entre le Forsythia et l'Escallonia. Son sommet sera le bain pour oiseaux sur le tas de pierres et sa course finira au Sambucus canadensis. 

Je ne risque pas de m'ennuyer ! J'ai de l'occupation pour novembre et le début du printemps!

En tout cas, tous ces changements n'ont pas l'air d'affoler la Tornade qui prend un malin plaisir à se rouler dans l'herbe humide...


... et à appliquer les nouvelles règles du jardin!



* * * 
Avec cette activité intense cette semaine, j'en avais presque oublié d'observer ce qu'il se passait au jardin. C'est quand même bien dommage, car il reste encore de jolies floraisons!


Au fil des jours, l'automne prend ses aises.

MASSIF DES BUTINEURS



CORNUS MIDWINTER FIRE
SPIREE GOLDFLAME

A GAUCHE, LE COIN DES ANCOLIES. A DROITE, LE MASSIF DES BUTINEURS

Sous l'arche, la vision du jardin motive lorsqu'il faut aller au boulot...


Les vacances s'achèvent. Il ne me reste plus que deux jours pour laisser mon corps se reposer de ces jours passés au jardin...!